Interview de Serge Rambault parrain du Master Gestion de Production, Logistique, Achats - parcours logistique

Serge Rambault, dirigeant de Le Roy Logistique continue de parrainer les étudiants du Master Gestion de Production, Logistique, Achats - parcours logistique dans leur deuxième année. Il a accepté de répondre à quelques questions pour présenter ce parrainage.

Pouvez-vous vous présenter ?  

Je suis fils d’un entrepreneur de travaux publics et agricoles qui était aussi agriculteur. Après un BEP Agricole et un BAC, j’obtiens un DUT Gestion du personnel. Suite à mon stage de fin d’études, j’entre chez Les Transports Grimaud à Bressuire en 1981 où je vais occuper des postes de Direction dans les sociétés rachetées par le Groupe. Ce qui va m’amener à travailler à Thouars, Bressuire, Nantes, Paris, Limoges, Lyon et Orléans. J’ai l’immense chance d’avoir travaillé auprès de Jean-Pierre Grimaud, le Président. J’ai beaucoup appris à ses côtés.  

Ensuite, Je rejoins la société  Prost et je découvre la Bretagne. Je suis chargé de concevoir et gérer le Hub de Chillly Mazarin. Un an plus tard, la société est rachetée par UPS et je deviens Directeur régional d’UPS dans le Sud-Ouest et quelques mois après je prends aussi en charge le Sud Est. Chez UPS, j’apprends la verticalité d’une organisation avec les méthodes et les strictes procédures qui l’accompagnent. 

En 1997, le Groupe BOC me demande si j’accepterais de diriger leur filiale française basée à Rennes. J’ai 38 ans et cela me semble une opportunité alors je dis oui et sans le savoir je vais écrire une des plus belles pages de ma vie professionnelle. 

En effet, seulement quelques mois après, le Groupe BOC décide de vendre cette filiale. Ce contretemps va se transformer en véritable opportunité. Je vais participer à l’acquisition de cette entreprise avec le concours de Jacques Le Roy le fils du fondateur. Cette société est née en Bretagne en 1947. 

C’est le début de l’aventure Le Roy Logistique! 

Aujourd’hui, je dirige Le Roy logistique avec Franck Le Roy, le fis de Jacques. Elle compte 20 agences avec 27 sites et quelques 600 collaborateurs. En 2019, notre chiffre d’affaires atteignait 154M€. Nous sommes guidés par un projet que nous avons appelé « Ambition 2024 ». 

Enfin, nous avons développé notre marque employeur par deux engagements, à savoir la conviviale attitude et le vivre ensemble. Et pour donner du sens à tout cela, Le Roy Logistique est membre de l’association des Petits Princes.  

Quel sera votre rôle en tant que parrain ?  

Je souhaite être utile aux étudiants en donnant des conseils pour leurs recherches de stage, sur les questions qu’ils se posent sur leur projet professionnel, sur les réalités du métier. Je suis disponible, à eux d’être moteur également dans ce parrainage. 
 

Quelles sont les actions réalisées sur l’année 2019-2020 ?

Les étudiants sont venus visiter le site de Bourgbarré de mon entreprise, ce fut l’occasion de présenter Le Roy Logistique et d’échanger avec des collaborateurs sur les différents métiers de la logistique.
Lors de l’événement Let’s Go organisé par Bretagne Supply Chain et l'AFT Transport Logistique, les étudiants ont été sollicités pour participer au Village organisé autour d’un « parcours métiers » et d’un « forum emploi ». Ils ont pu accueillir les visiteurs scolaires et le grand public et leur présenter le déroulement. C’était aussi une opportunité pour eux de présenter leur master et de rencontrer des professionnels.
Pendant le confinement, j’ai réalisé une interview envoyée aux étudiants pour présenter comment cette période a été vécue en interne, ce qui a été mis en place et pour sensibiliser les étudiants aux enjeux logistique liés à la Covid-19. 
 

Pour cette année (2020-2021) quels sont les projets envisagés avec les étudiants ?

En septembre, notre groupe a racheté la plateforme LCS (Logistique, Conditionnement, Stockage) située à proximité de Quimper et nous souhaitons faire visiter ce site à la promotion. 
Une rencontre avec le responsable du Système d’Information de Le Roy Logistique est prévue pour qu’il puisse échanger avec les étudiants sur son métier au quotidien. 
En fonction des envies et besoins exprimés par les étudiants, des visites dans des centres logistiques de secteurs diversifiées sont réalisables. 
 

Vous avez échangé avec les étudiants sur les tendances, sur les métiers dans la logistique, pouvez-vous nous en dire un peu plus ? 

Effectivement, il y a des évolutions et notamment depuis le 17 mars, date de début du confinement. Les comportements d’achat des clients ont changé, ils achètent plus de produits en prenant en compte l’impact écologique et le commerce sur internet continue d’exploser. 
Tous les flux vont connaître un bouleversement énorme. Le flux tendu est remis en cause comme dans la distribution où on a vu de nombreuses ruptures de stock pendant le confinement. La production va se rapprocher des lieux de consommation pour éviter au maximum ces ruptures.
Il faut savoir que 45 villes en France ne veulent plus de véhicules diesel avant 2025, c’est-à-dire qu’il faudra des véhicules dits propres pour les livraisons. De nouveaux métiers sont donc créés dans la logistique urbaine, dans l’organisation logistique autour de l’emballage avec une problématique de comment emballer moins et protéger aussi bien.  


Il est nécessaire d’avoir une bonne connaissance dans les outils liés à l’Intelligence Artificielle, à la robotisation et l’automatisation.
Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il faut une bonne théorie apprise à l’université pour avoir une bonne pratique sur le terrain par la suite.