La prochaine Miss International France parmi nos étudiants ? Rencontre avec Judith Brumant-Lachoua

Etudiante en Master 1 Affaires Internationales et Management des PME, secrétaire générale de l’association PRISME, réceptionniste dans un hôtel et Miss International Bretagne Ille-et-Vilaine 2020 : elle a plus d’une corde à son arc. Judith Brumant-Lachoua nous explique son parcours et ses projets.

Comment se déroule le concours Miss International France 2020 ?

J’ai été élue Miss International Bretagne Ille-et-Vilaine 2020 cette année et vais tenter le concours national début septembre.
Le concours en lui-même regroupe trois possibles titres : le premier, Miss International France, le second, Miss Supranational France, le troisième, Miss Asia Pacific International.
Nous sommes environ 60 candidates dans toute la France, il peut y avoir 1 miss par département à participer au concours.
Cette année les sélections ont été bouleversées par la COVID 19 : certaines ont été sélectionnées via des castings, d’autres se sont vues remettre les écharpes à distance.
 
Pour montrer notre implication, notre volonté, et notre capacité à maîtriser les réseaux sociaux et la couverture web, certains défis sont mis en place : je dois poster des photos avec l’écharpe de Miss tous les deux jours, décrocher un grand nombre d’articles dans les médias pour le défi presse, faire des vidéos en direct pour le défi live, etc.
Si ces défis sont bien réalisés, ils permettent de remonter en haut du classement.
Le reste de la notation du concours se fait le jour de la finale nationale, avec d’une part un oral de motivation, et d’autre part le défilé en lui-même.
Le concours Miss International France ne repose pas uniquement sur des critères de beauté mais également d’investissement personnel et d'ambitions sur le long terme avec des projets concrets.

Pourquoi faire ce concours ?

Dans un premier temps, c’est pour l’envie de découvrir ce milieu et parce que j’aime les défis. A la Faculté j’ai notamment participé au challenge Digital Transormer, cet aspect compétitif me motive.
Ayant été assistante dans le comité d’organisation de Miss Guadeloupe il y a quelques temps, on m’a souvent incité à me présenter, j’ai voulu me faire ma propre opinion.

De plus, mon master étant lié à l’international, je peux y trouver un avantage professionnel. En effet, j’ai envie d’avoir ma propre entreprise dans le secteur de l'événementiel ou de la mode, je mets donc toutes les chances de mon côté.

Quels sont vos objectifs ?

Je profite de cette nouvelle expérience pour développer ma notoriété et mon réseau.
Mes objectifs sont également de repousser mes limites, voyager, me remettre en question, etc. 
Finalement, mon Master AIPME m’aide pour le concours Miss International France, et le concours Miss International France m’aide pour mon Master AIPME. J’ai tout à y gagner.

Si vous remportez l'élection, comment combinerez-vous votre année universitaire et votre titre de Miss ?

Début septembre se tiendra la finale nationale. Si je décroche un des trois titres, je pourrai participer à la finale internationale qui aura lieu en février 2021, soit au Japon, soit en Pologne, soit aux Philippines.
Universitairement parlant, je devrai logiquement débuter mon stage de Master 2 à cette période. Mes responsables, Marine Clabé et Jean-Michel Boquet, sont au courant de ces avancées et me soutiennent. Ce stage pourrait être décalé dans le temps si besoin.
A ce sujet, j’ai déjà une opportunité de stage qui se dessine avec une entreprise que j’ai pu rencontrer au Speed Meeting de la Fondation Rennes 1 le 9 mars 2020.
Aujourd’hui je combine déjà plusieurs activités, cela ne me fait pas peur.

Vous souhaitez soutenir Judith ? Contactez la directement via ses réseaux sociaux.