Antonin Lepy a suivi le programme ECLA

On est très bien préparé par les enseignants avec des projets de groupe à réaliser.

Présentez-vous, quel est votre parcours avant d’arriver à la Faculté ?

Je suis originaire de Picardie et j’ai commencé l’allemand dès la 6ème au collège. Au lycée, j’ai continué cet apprentissage au sein d’une classe européenne. Au moment de mon orientation en terminal, je savais que je voulais faire de l’économie et partir en Allemagne. Dans un premier temps, j’ai cherché une Faculté qui proposait des cours d’allemand et au cours de mes recherches, j’ai découvert le programme ECLA. C’était pour moi la meilleure opportunité car je pouvais partir en 3ème année en Allemagne. 

Pourquoi avoir choisi de suivre un double diplôme Franco-allemand ? Qu’est-ce que ça vous apporte ?

Du point vu linguistique, c’est très bénéfique car sur les deux premières années des professeurs allemands viennent nous faire cours et la dernière année de Licence nous sommes immergé dans le pays. A la fin du programme ECLA, nous sommes quasiment bilingues.

De plus, les choix de spécialité en Licence 3 sont plus importants qu’en Licence Economie-Gestion “classique”.  

Cette année est particulière, mon semestre à Augsburg s’est fait en distanciel. Tous les cours ne fonctionnent pas de la même façon. Pour certains cours, j’avais des visios chaque semaine et pour d’autres ça fonctionne en classe inversée, les enseignants envoient les supports de cours et on peut poser leur poser nos questions si nous en avons. Les professeurs étaient très présents et répondaient rapidement aux questions. 

Quelle est la suite pour vous ?

J'ai choisi de prendre une année supplémentaire à Augsburg. Cela me permettra d’écrire mon mémoire sur la gestion d’entreprise et notamment comment y intégrer l’innovation. Cette période me permettra également de réfléchir un peu plus sur mon orientation après ma Licence.

Je souhaite également en profiter pour refaire un stage en entreprise en présentiel. Mon stage inclus dans le programme entre la 2ème et 3 ème année s’est déroulé en distanciel au vu du contexte. J’ai travaillé avec un professeur de recherche en gestion d’entreprise. J’ai mené une étude pour comparer dans les villes françaises le nombre de cas covid en fonction du nombre d’étudiants français et d’étudiants étrangers afin de voir s’il y avait un lien entre la circulation de l’épidémie et le nombre d’étudiants. 

Quel conseil pouvez-vous donner aux étudiants qui souhaitent intégrer ce programme ?

Il ne faut pas avoir peur de se lancer. Au début du programme, quand on nous parlait de l’année à Augsurb certains points pouvaient nous faire peur comme la rédaction du mémoire en allemand. Mais si on a envie de rejoindre le programme et qu'on a la motivation, il faut y aller et on réussit. Pendant les deux premières années à Rennes, on est très bien préparé par les enseignants avec des projets de groupe à réaliser. Chaque année, il y a un séminaire d’une semaine avec des professeurs allemands, on ne peut donc que parler allemand. Nous sommes une petite promotion et ça aide, nous sommes proches de nos responsables pédagogiques et très bien accompagnés.

Un souvenir, une anecdote à nous partager ?

Le moment fort du programme, c’est en 1ère année quand nous avons réalisé un voyage à Augsburg pour découvrir la faculté allemande. Les liens sont déjà forts dans la promotion, on s’entraide mais ce voyage a encore plus renforcé cela car nous étions une semaine qu’ensemble.